mumisnotcooking

My first homemade strawberry cream cake for Neighbours Day and the lost doudou

Mon premier fraisier fait maison pour la fête des voisins !

Quand on vous parle de la fête de voisins et surtout que l’on vous y convie, vous dites oui à tout. Vous vous engagez à venir en famille, à venir les bras chargés car vous êtes connu dans le quartier. Ça c’est un mois avant.
Le jour J, c’est une autre affaire.

La fête des voisins se passe un vendredi, c’était le 29 mai.
Le matin même je m’aperçois qu’il n’y a pas eu synchronisation des plannings, c’est la panique. Le lendemain nous fêtons les 4 ans de N°2, gâteau and co. Le sur-lendemain une autre fête de famille, pas clairement identifiée mais notée dans l’agenda, et le lundi je dois faire un gâteau pour l’anniversaire de N°2 pour son anniversaire version école maternelle et camarades de classe.
Nous sommes vendredi matin et je suis morte de fatigue en pensant au 72 heures à venir !

Je lance la génoise en prenant mon petit déjeuner, disons mon deuxième café.

Souvenez-vous la dernière fois, j’ai du en réaliser une pour l’anniversaire de N°1, ce n’est pas un excellent souvenir, mais au moins maintenant je sais faire et je connais tous les pièges à éviter.

Liste de course pour la génoise

  • 125 g de farine
  • 4 oeufs
  • 125 g de sucre
  • 20 g de beurre (pour le moule, sauf si celui-ci est en silicone)

Préchauffer le four à 180°C.
Versez le sucre et les oeufs dans un saladier.
Faites chauffer une grande casserole d’eau. Dès que celle-ci frémit, déposez-y le saladier et commencez à fouettez (au batteur électrique) jusqu’à ce que le mélange prenne du volume (x3 à peut près), puis ôtez le bol du bain-marie et continuez à battre encore quelques instants hors du feu. Bien-sûr tout ceci se fait au batteur électrique !
Maintenant reste le moment délicat !
Ajoutez alors peu à peu la farine tout en mélangeant et en soulevant la pâte avec une spatule. Prenez votre temps, rien ne presse, plus vous prenez votre temps, plus vous garderai l’air dans la pâte.
Farinez le moule légèrement puis garnissez-le de pâte. Lisser le dessus avec la spatule ou en tapant le moule au plan de travail.
Mettez environ 25 minutes au four.
La cuisson est terminée quand le gâteau prend une jolie couleur blond doré. Démoulez la génoise dès la sortie du four et laissez-la refroidir sur une grille à pâtisserie.
Encore une fois vous trouverez tous les détails et pièges à éviter ici.

Quand N°2 en pleurs me demande qui est le méchant qui a bien pu perdre son doudou… Black out, je n’ai aucun souvenir de Doudou, en ayant récupérer N°2 à l’école le soir, Merde !

Le vendredi c’est mon après-midi semi-off. C’est à dire, j’arrête de bosser pour récupérer N°1 à l’école à 16h30. Déjà y arriver c’est du sport.
Je l’accompagne alors au tennis dans un arrondissement voisin mais suffisamment mal desservi pour justifier un trajet de 30 minutes à pied, aller. Je dois alors faire le même chemin retour pour aller chercher N°2 à 18h à l’école, à la fin de l’étude.
18h15, nous sommes à la maison.

J’explique à N°2 que nous allons faire une fête dans la rue avec les voisins et pour cela je dois finir mon fraisier !
Elle file dans sa chambre se préparer pour la fête.

Liste de course pour réaliser le fraisier

  • 1 génoise de 22 cm de diamètre
  • 500 g de fraises
  • 200 g de sucre en poudre
  • 200 g de beurre
  • 3 blanc d’oeufs
  • 1 pot de gelée de framboise
  • kirsch

Battez les blancs d’oeufs avec le sucre dans un petit saladier au bain-marie, jusqu’à obtention d’une mousse brillante puis travaillez le beurre en crème et aromatisez-le avec du kirsch.
Incorporez délicatement les blancs battus à la crème au beurre. Là encore prenez votre temps et délicatement.

Selon la hauteur de la génoise ou du résultat voulu, découpez-la en deux ou en trois dans l’épaisseur. N’allez pas trop vite, sinon vous allez déchirer le contour.
Étalez sur le premier disque de génoise une fine couche de gelée de framboise, puis une couche plus épaisse de crème au beurre.
Disposez les fraises coupées en deux et recouvrez du deuxième disque de génoise ; recouvrez de gelée de framboise, de crème et de fruits.
Posez dessus le dernier disque de pâte génoise.
Vous pouvez napper le gâteau du reste de la crème au beurre et des fraises pour décorer.

Nous sommes prêtes pour la fête des voisins.
N°1 et Mon Mari nous retrouverons directement dans la rue.
C’est à ce moment précis, celui ou on crois que tout roule, tout va bien, que l’on gère à merveille que tout chavire sans prévenir.

Les pleurs, le doudou, l’école fermée, N°2 en pleurs, voir hurlements selon son seuil de tolérance, le Fraisier dans le frigo.
J’appelle Mon Mari, lui hurle au téléphone la situation, pas que je lui en veille, non, mais juste parce que N°2 hurle elle aussi toujours très fort.
Je lui ordonne de trouver une solution.
Je vous l’accorde c’est con. Il n’y peut rien, il n’est même pas au courant de la situation, il ne comprend rien.
Comme si j’avais fait exprès d’oublier le doudou à l’école un vendredi soir !

Opération extraction de Doudou !
À la recherche de la concierge de l’école lors de la fête des voisins !

Je descends donc chargée du fraisier et du panier à pique nique. Je n’ai plus de bras, fait incontestable. Bien-sur l’histoire du doudou a du mal à passer pour N°2. Elle a beaucoup de mal à se détacher, à prendre de la hauteur. Finalement elle reste très terre-à-terre et ne veut pas m’aider, elle veux juste montrer son mécontentement.
Aucun sens de la fête pour N°2 ce soir.

Je pose mon bazar à un bout de table et file faire le tour à la recherche de la concierge de l’école. Bien sûr, ce trajet se révèle plein d’embuches comme saluer ses voisins !
On est là pour cela ne l’oublions pas.
À ce moment, N°2 lâche sa bombe devant la doyenne de la rue.
– Tu es vielle toi, tu vas bientôt mourir ?

S’excuser pleinement, rougir, se sentir mal et extraire N°2 par le bras.
Dans ce brouhaha de malaise, je pense apercevoir Mon Mari avec la concierge.

Le temps que je les rejoigne, il sort avec le doudou à la main, tel un super héros.
Bien-sûr il ne peut s’empêcher de me demander : « Comment as-tu pu oublier le seul truc qui nous garantisse le sommeil profond de N°2 et donc la paix, surtout une veille de week-end ! »

Et bien je vais vous le dire.

Quand j’ai récupéré mon enfant, la chair de ma chair, et bien je pensais aux étapes du fraisiers, je venais de me taper 1 heure de marche à travers tout Paris pour accompagner N°1 a son activité extra-scolaire, je faisais parallèlement la to do list des choses à faire et à acheter pour l’anniversaire de N°2 le lendemain.
Mais ça, je ne l’ai pas dit non, pas la peine, pour quoi faire ?
Non, je me jette sur le chocolat, sous toutes ses formes. Liquide, solide, en pâte à tartiner, en poudre… Tout ce que je trouve sur les tables de la fête des voisins !

Heureusement Mon Fraisier a pu calmer les estomacs de toute la famille et de nos voisins. Quand je reviens à ma place, la bouche pleine de traces de mon orgie de chocolat, je reçois une pluie de compliments.
Ce qui me vaut de devoir remuer comme une dingue, façon Beyoncé qui aurait une indigestion de chocolat, pour leur arracher un sourire pour de la photo souvenir de la fête des voisins 2015 !

Avez-vous participé à la fête des voisins vous aussi ?
Aimez-vous mon fraisier fait maison ?
Avez-vous déjà perdu le doudou de votre enfant ?

Cette entrée a été publiée le 3 juin 2015 à 7 h 00 min. Elle est classée dans A table ! et taguée , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s